Oral Comprehension

Oral Comprehension est l’un des 3 axes pédagogiques à la base de nos cours d’anglais. Votre formation 100% sur mesure sera construite autour d’un axe, défini en fonction de l’interview et de l’évaluation.

L’axe Oral Comprehension vous permet de :

  • Lever la barrière de la langue
  • Développer de nouvelles stratégies de compensation pour mieux comprendre l’anglais
  • Diminuer ses blocages face à l’anglais
  • Réduire la fatigabilité auditive due à l’effort de concentration
  • Gérer son stress face à l’anglais, et d’appréhender l’anglais avec confiance et sérénité

L’axe de travail Oral Comprehension vous amènera à comprendre pourquoi vous ne comprenez pas l’anglais, puis à apprendre à comprendre. Ce travail passe par une conscientisation de la spécificité de l’anglais parlé mais également de son lien à la lettre.

L’anglais, la plus étrangère des langues pour un français

Pour beaucoup d’apprenants français, leurs difficultés de compréhension orale en anglais ne gisent pas dans la connaissance des mots mais bel et bien dans la reconnaissance de ceux-ci. Ils perçoivent bien souvent l’anglais comme une “bouillie“, une sorte de “coulée verbale” ne faisant pas sens, ou bien ne captent que certains mots, comme si leur interlocuteur s’exprimait avec des phrases à trous ou bien qu’il jouait à une sorte de scrabble oral avec eux. Trous qui peuvent être sidérant ou erronant. Sidérant car le locuteur reste « au fond du trou », bloqué. Erronant car alors le locuteur va chercher à boucher le trou, c’est la voie ouverte au contresens.

 

Comme l’a mis en évidence le Dr Tomatis, il s’agit littéralement d’un malentendu. En effet, nous écoutons une langue étrangère avec le filtre de notre propre langue, c’est là la véritable origine des problèmes de compréhension mais aussi d’expression à l’oral. Ainsi, même si l’apprenant pense prononcer un mot correctement, son interlocuteur anglophone, lui, ne comprend pas, car il attend le rythme et l’intonation de sa propre langue, différents du français.

De plus, autre constat déroutant qu’il s’agit de transformer en règle : l’anglais ne se prononce pas comme il s’écrit. Cela tient notamment à des raisons historiques propres à la langue de Shakespeare, la graphie étant restée en arrière par rapport à l’évolution de la langue parlée. Ainsi, se superpose au filtre auditif un filtre visuel comme si l’anglais produisait non seulement un “effet de trompe l’oreille” mais aussi un “effet de trompe l’œil”.